Tests de QI, WISC et WPPSI

A la demande de qui ?

Le bilan d’efficience intellectuelle est réalisé à la demande de professionnels ou de parents qui se trouvent démunis pour répondre aux difficultés scolaires d’un enfant ou d’un adolescent.

 Qu’est-ce-que c’est ?

Il sert à réaliser un état des lieux des performances intellectuelles du jeune dans les différents domaines cognitifs :

  • La compréhension et l’expression verbale
  • Le raisonnement verbal et non verbal
  • La mémoire de travail, c’est-à-dire la capacité à stocker de l’information à court terme afin de s’en servir pour mener à bien une tâche intellectuelle
  • La vitesse d’exécution dans des tâches graphiques
  • L’attention

Avec quels objectifs ?

L’évaluation a pour objectif de cerner les points forts et les points faibles du jeune dans les différents domaines : expression et compréhension verbale, raisonnement verbal et non verbal, connaissances académiques, graphisme, mémoire à court terme, attention, vitesse de traitement de l’information. Elle sert également à identifier des potentialités que le jeune n’exploite pas dans le cadre des apprentissages scolaires.

Ces tests sont également utilisés pour détecter une précocité intellectuelle.

Des entretiens complémentaires avec l’enfant peuvent être proposés pour mieux cerner les facteurs déterminants dans les difficultés de l’enfant.

Les bilans psychologiques donnent lieu à des indications de suivis ré-éducatifs en orthophonie, psychomotricité, orthoptie ou/et à des suivis thérapeutiques. Ils servent également de support de réflexion  lorsqu’une orientation scolaire doit être discutée.

Comment se déroule le bilan ?

Le bilan se déroule en 3 temps :

– un premier entretien avec les parents et l’enfant pour identifier les difficultés de l’enfant ou le problème qui se pose, faire le point sur la situation actuelle du jeune, retracer son développement. Le jeune est également reçu seul en entretien pour entendre sa demande, la façon dont il perçoit ses difficultés et dont il se sent dans sa vie actuelle.

– la passation du bilan a lieu en une ou deux fois, selon le degré de fatigabilité du jeune. Elle dure entre deux et trois heures.

– l’entretien de restitution du bilan a lieu en présence de l’enfant et des parents

 Quelles suites au bilan ?

Au vu de ce bilan des propositions sont données pour aider le jeune:

  • D’ordre pédagogique : nécessité de cours particuliers, d’un étayage plus soutenu au quotidien, mise en place d’adaptations pédagogiques, enseignement spécialisé
  • D’ordre éducative : accompagnement vers l’autonomie, intégration des règles
  • D’ordre rééducatif : indication de suivis en orthophonie, logico-mathématique, psychomotricité, orthoptie
  • D’ordre psychologique : psychothérapie, entretiens familiaux

Un avis peut être également donné concernant une orientation vers l’enseignement spécialisé ou vers des établissements médico sociaux  lorsque les difficultés du jeune ne lui permettent plus de poursuivre une scolarité ordinaire. A noter qu’un bilan complémentaire auprès d’une neuropsychologue peut être proposé afin d’évaluer certaines compétences qui n’ont pas pu être évaluées lors du bilan, par exemple dans le cas d’un bilan neurovisuel.

 A qui sont adressés les résultats ?

Les résultats sont strictement confidentiels et le compte-rendu écrit est adressé uniquement aux parents. Si le bilan est réalisé à la demande d’un médecin, il est possible de le transmettre à celui-ci avec l’accord des parents. Il est également possible de transmettre les éléments du bilan, dans le cas où la question d’une orientation scolaire se pose, à la commission chargée de statuer sur l’orientation du jeune.

Les hypothèses concernant la nature, l’impact et l’origine des troubles permettent de nourrir des échanges avec les professionnels amenés à aider l’enfant, afin de les aider à mieux comprendre les difficultés du jeune et à adapter au mieux leur travail avec lui.

Combien coûte un bilan d’efficience intellectuelle?

Le coût global du bilan est de 350 euros.