Consultations enfants

Les bilans psychologiques
Les psychothérapies
Travail de réseau et orientation

Quand consulter?

Il y a lieu de consulter lorsque l’enfant présente des difficultés scolaires, des problèmes de comportement, des difficultés relationnelles, des troubles du développement qui persistent malgré le soutien de l’environnement et qui entraînent une souffrance importante au quotidien.

Ces difficultés sont parfois associées. Elles ont différentes origines souvent intriquées d’ordre psychologique, instrumental (troubles du langage, troubles moteurs, troubles visuels) , éducatif   (manque ou excès de stimulation, manque de limites, environnement précaire sur le plan social ou affectif), parfois neurologique (épilepsie, AVC, trauma crânien) .

C’est pourquoi il est important de bien identifier les difficultés de l’enfant, et d’interroger les facteurs qui peuvent être impliqués dans ces difficultés.

Plusieurs entretiens familiaux et individuels avec l’enfant (3 à 4 en général) ont lieu dans un premier temps pour mieux comprendre l’origine des difficultés de l’enfant et pour proposer des aides adaptées.

Une évaluation de l’efficience intellectuelle (QI) peut parfois être proposée en complément, dans le cas de difficultés scolaires, pour mieux cerner la nature et l’ampleur des difficultés.

A l’issue de ces premiers entretiens, je peux proposer une aide psychologique : psychothérapie, entretiens familiaux ou/et orienter vers d’autres professionnels qui proposeront d’autres types d’aide : orthophonie, psychomotricité, orthoptie, aide éducative

Les difficultés scolaires

Un enfant est en souffrance lorsqu’il se sent en échec et présente un décalage très important dans les acquisitions scolaires par rapport à sa classe d’âge. Il perd confiance en lui. C’est toute sa personnalité qui peut se sentir alors mise à mal.

Quels signes peuvent alerter ?

  • L’enfant ne veut pas aller à l’école le matin.
  • Il a des maux de ventre, céphalées ou autres somatisations avant de se rendre à l’école ou en rentrant de l’école.
  • Il ne fait plus rien en classe ou se bloque par moments, refusant de travailler.
  • Il n’est pas attentif en classe, s’agite.

Les problèmes de comportement

Les problèmes de comportement sont également source de souffrance car ils perturbent les relations sociales de l’enfant en ayant souvent comme conséquence l’isolement de l’enfant.

Quels signes peuvent alerter ?

  • L’agitation et les difficultés d’attention : l’enfant a du mal à rester concentré longtemps sur une activité, en classe ou à la maison.
  • L’intolérance à la frustration : l’enfant supporte très mal de ne pas obtenir tout de suite ce qu’il veut, il réagit par un comportement de retrait ou un comportement agressif en cas de frustration. Il a du mal à supporter les délais, l’attente. Il est impulsif.
  • L’agressivité et la violence : l’enfant entre souvent en conflit avec ses camarades et les adultes. Il se sent très vite blessé et réagit en étant agressif voire violent. Il peut provoquer et susciter les conflits. Il a du mal à régler les conflits autrement que par la violence. Il a du mal  à avoir des relations amicales durables à cause de son comportement.
  • Le manque de respect des règles : l’enfant transgresse de façon fréquente les règles de vie sociale, il n’obéit pas aux adultes, se montre opposant. Il ne respecte ni les autres ni son environnement matériel. Il peut parfois se mettre en danger.

Les difficultés relationnelles

L’enfant est en souffrance quand il ne parvient pas à avoir de relations sociales satisfaisantes avec les enfants de son âge ou au sein de sa famille.

Quels signes peuvent alerter ?

  • L’enfant est inquiet au moment de se séparer, il a des difficultés à s’endormir seul, à rester avec d’autres personnes que celles de son environnement familial, il a des difficultés à s’intégrer à la crèche ou à l’école.
  • Il manque d’autonomie au quotidien.
  • L’enfant reste en retrait et n’ose pas aller vers les autres enfants.
  • Il est rejeté par les autres enfants qui se moquent de lui, voire le tapent.
  • Il entre souvent en conflit avec ses pairs et également avec ses parents.

Les troubles du développement

Ils sont constitués par des retards ou des anomalies dans le développement physiologique et intellectuel de l’enfant.

Quels signes peuvent alerter ?

    • Les troubles de l’alimentation : l’enfant refuse de s’alimenter et présente un comportement de type anorexieboulimie, il refuse de passer à une alimentation solide, il est très sélectif  par rapport à son alimentation.
    • L’énurésie : l’enfant continue à mouiller son lit  régulièrement le jour ou la nuit à un âge avancé.
    • Les troubles du sommeil : l’enfant a des difficultés à  s’endormir, il se réveille plusieurs fois la nuit, ne veut pas dormir seul, fait souvent des cauchemars, il est fatigué la journée.
    • Les retards et les troubles du langage oral : l’enfant a un langage peu développé par rapport aux autres enfants de son âge lorsqu’il s’exprime, ou semble mal comprendre ce qu’on lui dit, ou a un langage difficilement compréhensible.
    • Les retards et les troubles du langage écrit : l’enfant présente des difficultés massives en lecture ou en orthographe qui ne se résolvent pas malgré le soutien scolaire qui lui est apporté.
    • Les troubles de la communication : l’enfant entre peu relation avec son entourage, a tendance à rester en retrait, à jouer seul, ou il entre en relation sans tenir compte des propositions de l’autre. Il a des difficultés à faire preuve d’empathie.
    • Les  retards et les troubles de développement psychomoteurs : l’enfant présente un retard ou des difficultés pour dessiner ou pour écrire, il est maladroit, a des difficultés pour s’habiller, se laver, utiliser ses couverts, présente un retard pour marcher, est mal à l’aide dans son corps, est impulsif.
    • L’immaturité : l’enfant manifeste un comportement ou un mode de penser immature, se montre peu autonome.

L’évaluation de l’efficience intellectuelle

Une évaluation de l’efficience intellectuelle (QI) peut être réalisée à la demande de l’école, d’un professionnel ou des parents dans le cas où l’enfant présente des difficultés scolaires. Les tests utilisés sont le WPPSI IV pour les enfants de 3 à 6 ans et le WISC IV pour les enfants de 3 à 16 ans. L’évaluation permet de cerner les points forts et les points faibles du jeune dans les différents domaines : expression et compréhension verbale, raisonnement verbal et non verbal, connaissances académiques, graphisme, mémoire à court terme, attention, vitesse de traitement de l’information. Elle aide également à identifier des potentialités que le jeune n’exploite pas dans le cadre des apprentissages scolaires.

Ces tests sont aussi utilisés pour détecter une précocité intellectuelle.

Des entretiens complémentaires avec l’enfant sont parfois proposés en complément pour mieux cerner les facteurs déterminants dans les difficultés de l’enfant.

Les bilans d’efficience intellectuelle donnent lieu à des indications de suivis ré-éducatifs en orthophonie, psychomotricité, orthoptie ou/et à des suivis thérapeutiques. Ils servent également de support de réflexion  lorsqu’une orientation scolaire doit être discutée.

Pour en savoir plus sur les bilans psychologiques, cliquez ici.

Les psychothérapies

Je propose un espace de parole tranquille à l’enfant, où il peut prendre un temps pour se retrouver, exprimer ce qu’il vit, et ce qu’il ressent.

Les enfants peuvent s’exprimer en parlant mais également en jouant ou en dessinant.

Ce travail aide l’enfant à mieux comprendre l’origine de ses difficultés, à trouver une issue aux conflits internes inconscients et aux angoisses qui le bloquent pour avancer. Peu à peu, il va prendre confiance en lui et retrouver la possibilité de grandir et de se construire en accord avec ses désirs.

Des entretiens ont lieu de façon régulière avec les parents pour faire le point sur l’évolution de l’enfant et pour les aider à accompagner l’enfant dans son évolution.

Travail de réseau et orientation

Je travaille en lien avec d’autres spécialistes, orthophonistes, psychomotriciens, médecins, psychiatres, pédagogues, pour proposer au jeune un suivi qui tient compte de l’ensemble de ses difficultés. Je peux donc orienter si cela s’avère nécessaire vers un autre professionnel.